Le patrimoine bâti

L’architecture balnéaire

C’est en cette fin de siècle, vers 1880, après la mise en place des premières liaisons maritimes par bateau à vapeur puis l’ouverture de chemin de fer, que l’activité touristique voit le jour à Saint Trojan. Fort de son appellation SAINT TROJAN LES BAINS par décret en 1898, elle devient la station balnéaire des plus prisées d’Oléron.

Le quartier de la rue Omer Charlet puis celui de la petite plage ensuite, boulevard Félix Faure essentiellement, et ses rues environnantes, sont le témoignage de l’architecture dite des « bains de mer », l’architecture balnéaire.

Saint-Trojan-les-Bains sera classé Station balnéaire en 1983.

L’église

Dédié à Saint-Trojan, ancien évêque de Saintes.

L’antique église du XIème siècle est sous les sables. En effet, la formation perpétuelle des dunes obligea les habitants à reconstruire l’église en un lieu mieux protégé. La dune la plus proche du bourg, celle où est située actuellement la maison forestière, a recouvert l’ancien clocher de l’église désaffectée.

L’église actuelle date de 1661 avec des améliorations successives dont le plafond en 1983 en bois et d’un autel moderne en pierre. Le campanile datant de 1844 a été refait en 1988.

Deux figures de proue, placées en ex-voto et datant du 19ème siècle, concernent les naufrages de « L’André Félix » et de « L’Espérance ». Ils sont classés Monuments Historiques. Une vitre située dans la nef renferme la maquette du navire de Nelson, le « Victory ».

L’observatoire

Dans la première moitié du 19è siècle, un poste de vigie avec sémaphore était installé sur la plus haute dune (41 m), au dessus du village. Par mauvais temps, un guetteur surveillait les navires et donnait l’alarme en cas de danger.

En 1869, une petite tour fut construite afin d’améliorer le champ de vision alors réduit par la croissance des pins. Elle serait utilisée pour connaître les possibilités de passage de Maumusson comme amer par les marins qui, par mauvais temps, confondent Maumusson avec l’entrée de la Gironde.

En 1882, l’installation d’un canot de sauvetage sur St Trojan compléta la sécurité maritime. L’observatoire était également utile en cas d’incendie.

Actuellement une nouvelle tour de surveillance contre les incendies remplace le vieil observatoire. Depuis, la dune de l’observatoire s’est affaissé de 7 m (34 m au lieu de 41 m) mais elle reste toujours le point culminant de l’île d’Oléron. Le haut de l’observatoire est à 52 m, ce qui permet aux guetteurs d’avoir une vue générale sur la forêt de St Trojan, de la Coubre en face, et de l’île pour pouvoir donner l’alarme si nécessaire.

Les commentaires sont fermés